Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly

Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.

Raymond Dumay, ça vous dit quelque chose ?

"Si le vin n'était pas plus que le vin, si nous avions le droit de le considérer comme un produit agricole aujourd'hui désuet, nous accepterions de le laisser glisser dans le cimetière des grands ancêtres, entre le mil et l'épeautre. Mais il fait partie de notre honneur, et qui donc a risqué le sien pour le défendre ?... Nous avons besoin du vin parce qu'il fertilise la plus féconde de nos zones d'ombre, la générosité. Il y a pleine de zizanies autour de la pureté du vin et, en effet, à le regarder de plus près, le vin n'est pas plus pur que la vie. Mais, comme la vie, il est généreux jusqu'au délire. Des millions d'oeufs pour livrer une seule morue, des milliers de tonneaux de gros rouge pour un seul cru digne d'être nommé. Devant une telle prodigalité, la raison baisse les bras, mais l'amour ouvre les siens. Quand on n'aime pas trop, on n'aime pas assez. - Raymond Dumay était un visionnaire du vin avant tout le monde. Cet extrait de son ouvrage "La mort du vin" (Stock, 1976) le prouve avec brio.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article