Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly

Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.

Bernard Dimey : ivrogne... et pourquoi pas !

BernardDimeyIvrogne, c’est un mot qui nous vient de province - Et qui ne veut rien dire à Tulle ou Châteauroux, - Mais au cœur de Paris je connais quelques princes - Qui sont selon les heures, archange ou loup-garou -L’ivresse n’est jamais qu’un bonheur de rencontre, - Ça dure une heure ou deux, ça vaut ce que ça vaut, - Qu’il soit minuit passé ou cinq heures à ma montre, - Je ne sais plus monter que sur mes grands chevaux. - Ivrogne, ça veut dire un peu de ma jeunesse, - Un peu de mes trente ans pour une île aux trésors, - Et c’est entre Pigalle et la rue des Abbesses - Que je ressuscitais quand j’étais ivre-mort... - J’avais dans le regard des feux inexplicables - Et je disais des mots cent fois plus grands que moi, - Je pouvais bien finir ma soirée sous la table, - Ce naufrage, après tout, ne concernait que moi. - Ivrogne, c’est un mot que ni les dictionnaires - Ni les intellectuels, ni les gens du gratin - Ne comprendront jamais... C’est un mot de misère - Qui ressemble à de l’or à cinq heures du matin. - Ivrogne... et pourquoi pas ? Je connais cent fois pire, - Ceux qui ne boivent pas, qui baisent par hasard, - Qui sont moches en troupeau et qui n’ont rien à dire. - Venez boire avec moi... On s’ennuiera plus tard. - Bernard Dimey (1931-1981), cité dans mon guide "Le Feuilly" (Editions Le Pari du Goût).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article