Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly

Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.

Au Bourguignon du Marais, ça vous dit quelque chose ?

AuBourguignonduMaraisEnseigne.jpg

AuBourguignonduMaraisSalle1.jpgJacques Bavard est parti voilà déjà des années cultiver ses vignes à Puligny. Philippe Lalot a pris sa suite. Bertrand Delanoë, lui qui avait là ses habitudes, continue-t-il d’aimer cette table voisine de l’Hôtel de Ville et tout en élégance et simplicité. Que peut-il manger ? La cuisine d’ici honore la Bourgogne et offre un choix de plats tout en nuances et en qualité. Les escargots de Bourgogne évidemment, les œufs en meurette, le jambon persillé, le foie gras de canard, le croustillant de gambas au chutney qui reste le seul exotisme autorisé, le pavé de sandre juste rôti au pinot noir, l’andouillette AAAAA de Duval à l’aligoté, le poulet de la proche Bresse, le bœuf bourguignon incontournable, le coq au marc de Bourgogne, la fricassée de rognon à la moutarde ancienne qui ne saurait qu’être de Dijon, l’époisses de Berthault et le baba au rhum tout comme les sorbets de Berthillon sont de bien bonnes choses mitonnées avec justesse et pleines de goût. Les vins sont fidèles à l’enseigne, bourguignons en diable, très bien sélectionnés, racontant le vignoble du Nord au Sud (Boillot, Carillon, Goisot, Jayer-Gilles, Joblot, Mortet, Roumier et bien d’autres). La vie coule paisiblement en cette halte que les gourmets parisiens privilégient. L’enseigne est discrète, mais on tient là une belle adresse. Carte : 45-75 €. - Au Bourguignon du Marais - 52, rue François-Miron (Paris 4e). Tél. : 01 48 87 15 40. Fermé dimanche et lundi.Tous les jours. M° Hôtel-de-Ville.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article