Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly

Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.

Allez dans la tanière de Manu, La Tute !

latute.jpg

LaTute-.jpg

LaTuteManu.jpg

LaTuteCalamars.jpgAvec mon ami LJV (pour les intimes uniquement), j’avais hier soir une petite fringale. Nous cheminions au hasard du pavé de Paris. Et nous voilà dans une rue dont la vocation ne pouvait qu’être gastronomique, la rue Rossini, devant l’ancien « Beaujolais » cher aux habitués et aux personnels de Drouot. C’est devenu un bistrot pyrénéen : « La Tute », mais 2, allez savoir pourquoi ! D’ailleurs, je le sais puisque le patron ici tenait déjà table ouverte voilà des années, non loin rue Sainte-Anne. Il a donc rebaptisé l’endroit à la manière de son pays occitan : la tute, chez lui, c’est la tanière, la cache de l’ours ou du renard. Et Monsieur Emmanuel Maquaire, appelez-le Manu, tient des assises gourmandes ici dès potron-minet et jusque tard dans la nuit. Le genre maison ? Pas de la cuisine au superlatif mitonnée de prétention moléculaire et autres appellations superfétatoires qui font le miel de la nouvelle bistrologie. Chez Manu, la cuisine rustique des Pyrénées est à l’honneur : calamars à l’encre de seiche – on sauce, on sauce -, beignets de poulpe sur ardoise (délicieux, à croquer avec les doigts), boudin de la ferme (on dirait presque du Christian Parra !), cœurs de canard cuit à la plancha (totalement divins), mais aussi du chorizo de Navarre poché au vin rouge, des tripes comme dans la Bigorre, du confit et du magret de canard comme si cela ne suffisait pas, voire même du lard grillé avec des frites dorées sur tranche et crousti-fondantes comme il convient. Côté vins, il y a du pacherenc de Vic-Bilh, un vin de pays issu de merlot et de cabernet-sauvignon, un joli rosé de la Commanderie de Peyrassol et d’autres encore que nous n’avons pas goûté. En revanche, ne manquez pas le fromage de brebis, il passe tout seul. Et dites-vous que le décor est resté dans son jus. Comme le patron, Manu, qui aime les gens, c’est-à-dire vous et nous qui taillons dans l’assiette et levons le coude (ceux qui savent chanter sont aussi les bienvenus). Bon appétit donc et large soif. – La Tute², 7 rue Rossini (Paris 9e). Téléphone : 01 40 15 65 65. Fermé dimanche. M° Richelieu-Drouot. Carte : 35-50 €.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
coeur de canards la plancha chorizo ces du traditionnel du sud ouest et de la cote espagnole sympa la cuisine

Chloé
Répondre
T


Merci Chloé, cela tombe bien, je viens de passer devant "La Tute" avant de dîner chez le voisin "I Golosi" (à recommander aussi), c'était plein comme un oeuf ! Bonne lecture, bon appétit et...
large soif !