Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly

Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.

Ah le Paris-Brest !

ParisBrestjpg.jpgVoilà une pâtisserie d’origine française qui revient en grâce, le Paris-Brest. Je vous ai déjà parlé de celui de Philippe Conticini à La Pâtisserie des Rêves. Il faut aussi raconter celui de Jacques Génin (article à suivre) ou même celui (ou plutôt ceux, sur des variations amusantes) de Pierre Hermé. Le Paris-Brest est un gâteau en forme de couronne, composée à partir d’une pâte à choux qui sera fourrée d’une crème mousseline pralinée, garnie d’amandes effilées. On doit sa création à un pâtissier de Maisons-Laffitte, Louis Durand, qui fût inspiré par la course cycliste entre Paris-Brest-Paris dont la première édition date de 1891 à l’initiative de Pierre Giffard, l’ancêtre d’Antoine Blondin, reporter-écrivain au « Petit Journal » (lire « Le Sieur de Va-Partout, souvenirs d’un reporter », Editions Maurice Dreyfous, 1880), puis directeur du « Vélo », journal concurrent de « L’Auto-Vélo » avec lequel Henri Desgrange eût l’idée de créer le Tour de France. Mais c’est donc Pierre Giffard qui est aussi à l’origine de l’expression « La petite reine » qui sollicita Louis Durand – dont l’arrière-petit-fils pâtissier, Stéphane Lévêque, perpétue encore la tradition du Paris-Brest à Maisons-Laffitte - pour faire un gâteau en forme de roue de bicyclette qui prendra le nom actuel en 1909. La forme du Paris-Brest est censée représenter une roue en référence à la course cycliste. Depuis quelques années, les pâtissiers, tout en privilégiant toujours la forme de la roue, ont aussi présenté le Paris-Brest sous forme allongée. On lira avec intérêt le livre de l’historienne Maguelonne Toussaint-Samat, « Très belle et très exquise histoire des gâteaux et des friandises » (Flammarion, 2004).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article