Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly

Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.

Michelin Paris 2021 : 27 nouvelles tables, ça vous dit quelque chose ?

Michelin Paris 2021 : 27 nouvelles tables, ça vous dit quelque chose ?

 

Les circonstances étaient évidemment peu favorables : dans les conditions sanitaires que vous connaissez, les limiers du Michelin, les fameux inspecteurs, n'ont déniché que 27 nouvelles tables (il y en avait 55 l'an passé). Les voici : 

Paris 1er -
Lai'tcha - 7, rue du Jour. L'annexe ouverte par Yam'tcha régale d'une cuisine du marché dans laquelle l'Asie a sa bonne part.

Nolinski - 16, avenue de l'Opéra. Dans un luxueux hôtel à l'élégance haussmannienne, une cuisine aux accents méditerranéens et grecs.

Pitanga - 11, rue Jean-Jacques Rousseau. Une cuisine brésilienne en hommage au fruit originaire du continent.

Paris 2e -
Pantagruel - 24, rue du Sentier. Une étoile pour Jason Gouzy qui a déjà derrière lui une expérience, entre L'Assiette Champenoise, Bristol et Baudelaire, au service d'une cuisine du marché.

Café Stern - 47, passage des Panoramas. Une trattoria chic dans le cadre sublime de l'ancien atelier de gravure, pour une cuisine italienne au plus près du produit qui mériterait l'étoile.

Paris 3e -
Ogata - 16, rue Debelleyme. Dans un hôtel particulier, cette ambassade japonaise griffée du designer Shinchiro Ogata au bénéfice d'une cuisine raffinée.

Paris 5e -
Flocon - 75, rue Mouffetard. Le bistrot tout nouveau de deux frères, avec produits sourcés. Un BIB gourmand.

Paris 7e -
Café des Ministères - 83, rue de l'Université. Jean Sévégnès, originaire du Sud-Ouest, pratique, dans ce joli bistrot dans le quartier des ministères, une authentique cuisine française, à l'instar d'un vol-au-vent d'anthologie.

Pasco - 74, boulevard de la Tour-Maubourg. Un cadre cosy pour une cuisine un brin province.

Sancerre - 22, avenue Rapp. Une adresse historique qui - sous l'égide d'un jeune couple - trouve un nouvel élan.

Paris 8e - 
Trente-trois - 33, rue Jean-Goujon. Un salon Belle Epoque tout en boiseries, pour une cuisine étoilée actuelle dans lequel le produit choisi domine.

Galanga - 17, rue Washington. Une cuisine d'Asie domine avec une partition moderne, réglée sur les saisons.

Paris 9e - 
Allendium - 24, rue Rodier. Une cuisine franco-japonaise dans un décor contemporain avec un chef passé chez Christian Constant.

Mi-Kwabo - 42, rue Rodier. Une cuisine africaine pour Elis Bond et sa compagne Vanessa dans une ambiance bon enfant.

Paris 10e -
Brigade du Tigre - 38, rue du Faubourg-Poissonnière. Une belle expérience chez William Ledeuil et une cuisine asiatique à grignoter.

To - 34, rue Beaurepaire. Une cuisine fusion franco-japonaise pour un chef passé chez Saturne.

Paris 11e -
Double Dragon - 52, rue Saint-Maur. Les soeurs Levha ont créé ici une cantine asiatique d'inspiration.

Marcon - 167, rue Saint-Maur. Il était dans la pub, il est devenu chef : Alexandre Marcon offre des goûts, des idées façon retour du marché et, le dimanche, le poulet.

Korus - 73, rue Amelot. Un bistrot moderne pour une cuisine bistronomique bienvenue.

Paris 13e -
Tadam - 14, rue du Jura. Carte de saison, assiettes de produits choisis.

Paris 14e -
Mosuké - 11, rue Raymond-Losserand. Une étoile pour Mory Sako, ex-candidat de Top Chef, laisse perçer l'influence des techniques nourries auprès de Thierry Marx et Christophe Moret pour une cuisine métissée.

Les Petits Parisiens - 49, rue Jean-Moulin. Dans l'ancienne adresse fondée par Yves Cambedorde, cuisine de bistrot généreuse.

Paris 17e -
 Mova - 39, rue des Dames. Cuisine traditionnelle livrée dans des assiettes actualisées. Bib gourmand.

Petit Boutary - 16, rue Jacquemont. Comptoir en zinc, sol en damier, banquettes en  cuir et ampoules suspendues, bistrot raffiné pour une cuisine nippo-coréenne moderne.

Petit Gris - 67, rue Rennequin. Parquet en chêne, tables en bois sablées, chaises bistrot, cuisine traditionnelle, produits de terroir pour un ex-top Chef. 
 
Paris 18e - 
Chantoiseau - 63, rue Lepic. En hommage à Mathurin Roze de Chantoiseau qui, en 1765, ouvre son premier restaurant dans le quartier du Louvre, les frères Durand travaillent ici à 4 mains une cuisine très actuelle.

Le Maquis - 53, rue des Cloys. Deux anciens du Chateaubriand (11e) ont conservé le décor rétro avec comptoir en zinc pour une cuisine traditionnelle mâtinée de touches créatives.

Bon appétit et large soif !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article